Forum européen de la société civile en matière de drogues

En 2007 et à l’initiative du Parlement Européen, la Commission Européenne a créé le Forum européen de la société civile en matière de drogues afin d’impliquer les acteurs concernés dans l’élaboration et l’évaluation des Stratégies et Plan d’actions européens. Le Forum est composé de 26 membres ayant un mandat de deux ans. Ces membres sont des organisations qui ont répondu à un appel à candidatures puis ont été sélectionnées par la Commission sur la base de leur représentativité. On y trouve de tout, des anti-prohibitionnistes aux organisations pour un monde sans drogue, en passant par des organisations de professionnels de la prévention et de la réduction des risques, des associations d’usagers de drogues ou de parents et un réseau de villes. Les réseaux européens concernés ont été intégrés en priorité au Forum. Mais on y trouve aussi des organisations nationales ou locales. L’AFR est membre du Forum. Elle est en fait la seule organisation exclusivement française membre du Forum.

Comment ça marche

Depuis les années 90, les états membres de l’UE développent une politique européenne en matière de drogues afin d’harmoniser et coordonner leurs politiques nationales dans ce domaine. Cette politique se veut pragmatique, basée sur la connaissance scientifique, multidisciplinaire et tente un équilibre entre prévention, réduction des risques et lutte contre le trafic. Ce modèle européen se décline en Stratégies couvrant une période de 8 ans, chacune traduite dans deux Plans d’action de 4 ans. Le Plan gouvernementale de lutte contre les drogues et toxicomanies est la traduction française de cette politique européenne.

Le Forum se réunit une à deux fois par an. Etant donnée la composition variée du Forum, il est relativement compliqué de faire émerger, parmi les membres, un consensus qui est la marque de fabrique de l’UE. Les débats en séances plénières sont quasiment monopolisés par les anti-prohibitionnistes et les anti-drogues déclamant leurs vérités au grand dam des représentants plus modérés. Le problème principal est que pour être efficaces, les membres doivent faire un gros travail de consultation de leurs propres réseaux en amont des réunions. Or pour cela il faut connaître les ordres du jour longtemps à l’avance (ce qui n’est pas le cas), avoir le temps de s’organiser et un mandat de deux ans est trop court pour cela, mais surtout avoir les ressources nécessaires pour mener à bien ces consultations. Pour cela, la Commission a créé le Programme d’action « Prévenir la consommation de drogue et informer le public» afin, entre autres objectifs, de subventionner les organisations pour les aider à contribuer plus efficacement au Forum. Certaines ont déposé des applications dans ce sens, mais toutes n’ont pas été couronnées de succès. Dans ce cadre, l’AFR et ASUD sont partenaires d’un projet de création d’un réseau européen de réduction des risques.

Le Forum européen de la société civile en matière de drogues n’est donc pas parfait mais il a le mérite d’exister. Selon le Plan d’actions 2005-2008, les états membres sont sensés consulter de la même manière leurs sociétés civiles au niveau national. A quand un Forum français ?

Le mandat de l’AFR s’est achevé fin 2009. Nous attendons actuellement le prochain appel à candidatures pour postuler à nouveau pour 2 ans. Si nous sommes sélectionnés, le groupe de travail de l’AFR  » partenariats locaux et internationaux soutiendra la participation de l’AFR au Forum en facilitant les échanges d’information entre les adhérents et les représentants de l’AFR auprès du Forum.

Ce texte comporte de nombreux extraits de l’article paru sur ce sujet dans le journal Alter Ego numéro 62.

Date première publication :
09/03/2010

Laisser un commentaire

¤