Un CAARUD en danger à Nice

Le Maire de Nice a décidé de fermer dès septembre, Entr’Actes, un des deux seuls CAARUDS de Nice.

Si, comme il est écrit dans l’article publié le 19 juillet dans Nice-Matin, Entr’Actes est en discussion avec l’ARS pour trouver un local plus adapté à leurs besoins actuels pour accueillir et accompagner les usagers de drogues, quel peut être l’intérêt en plein mois de juillet de décréter une fermeture début septembre, avant que ce nouveau lieu ne soit trouvé.

De par la teneur des propos tenus par le Maire de Nice, l’AFR craint qu’une fois de plus les usagers de drogues ne soient victimes d’une politique de rejet et d’exclusion.

La loi de Santé publique est là pour protéger le travail mené auprès des usagers de drogues et limiter les risques infectieux et par le Décret n° 2005-1606 du 19 décembre 2005, les CAARUDS ont été institués à cet effet.

Ecarter les lieux d’accueil des centres ville c’est à dire là où se passe les consommations c’est donc nier l’existence du phénomène, c’est revenir 15 ou 20 ans en arrière et encourager les usagers à avoir non seulement des pratiques clandestines mais multiplier les risques. Prendre le risque que les usagers ne soient plus pris en charge ne résoudrait rien pour les riverains, bien au contraire.

Si, pour inclure les CAARUDS dans le paysage des villes, une médiation doit avoir lieu avec les riverains, et il est du rôle de la Mairie de permettre cette médiation, nous craignons que derrière la volonté de créer ces lieux d’accueil dans un  » endroit qui n’occasionnerait aucune nuisance pour les riverains, se cache la volonté de rejeter hors la ville une population qu’on ne souhaite plus voir. Nous savons tous que l’implantation de ce type de lieu est toujours un peu compliqué mais doit être travaillé avec la police et les riverains.

L’AFR souhaite qu’une solution qui ne nuise ni aux riverains, ni aux usagers de drogues puisse être trouvée, c’est à dire par la voie de la discussion plutôt que par une prise de position et une annonce par voie de presse, qui n’est là que pour flatter un électorat.

Pour soutenir Entr’Actes vous pouvez écrire un commentaire ci-dessous.

Date première publication :
20/07/2012

Laisser un commentaire

¤