Alerte officielle : Héroïne contaminée à la maladie du Charbon / Anthrax

Mise à jour au 14 septembre :
-L’épidémie dont nous vous avons informés en juillet dernier se poursuit.
Ainsi, ces dernières semaines, 2 cas mortels ont été rapportés dans le Nord Ouest de l’Angleterre à Blackpool (5 au total en GB) .
-Les autorités sanitaires allemandes nous informent aujourd’hui 14 septembre 2012 d’un quatrième cas confirmé de maladie du charbon chez un usager d’héroïne par injection, en plus des trois cas déjà signalés chez des consommateurs de drogues injectables dans ce pays.
– Nous vous rappelons aussi qu’un cas a été recensé en France, à Chambéry en juillet dernier. Le patient est sorti de l’hôpital le 02 août 2012.

En conséquence, il y a lieu de considérer que le danger de circulation d’héroïne contaminée au niveau européen, y compris en France, est maintenu.

Les autorités européennes de veille sanitaire demeurent mobilisées pour la surveillance de ce risque.
Nous vous prions donc de bien vouloir relayer cette information et de sensibiliser vos équipes à ce risque particulier.

la Direction Générale de la Santé (DGS) nous informe qu’il y a désormais 5 cas avérés d’anthrax chez des usagers d’héroïne dont 1 cas en France, dans la région Rhône-Alpes. Les autres cas se situent en Allemagne (3 cas dont 1 mortel) et au Danemark (1 cas mortel).
La Direction Générale de la Santé vient donc de publier une fiche d’alerte sur l’anthrax (maladie du charbon) que nous mettons ci-dessous à votre disposition. Nous encourageons les usagers d’héroïne à en prendre connaissance et à ne pas hésiter à aller consulter des services médicaux (urgences) s’ils se découvraient des symptômes pouvant évoquer cette maladie.

Un traitement antibiotique spécifique commencé suffisament tôt permet de guérir en limitant fortement les dommages.

Symptomes

Si la personne a été contaminée par injection, les symptômes peuvent être

  • une zone de tuméfaction (gonflement) et de rougeur au point d’injection, avec ou sans douleur associée
  • un abcès ou ulcère au point d’injection
  • éventuellement de la fièvre, des maux de tête, de la nausée.

Si la personne a fumé l’héroïne contaminée, elle peut présenter un syndrome grippal (fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, toux) qui peut se prolonger en difficultés respiratoires.

Quelques infos complémentaires

  • Si un consommateur d’héroïne présente ces symptômes il faut recourir immédiatement à un avis médical. Si nécessaire, accompagnez-le dans un service d’urgence.
  • Aucune voie d’administration de l’héroïne n’élimine le risque de contamination par la maladie du charbon : les injections dans les muscles (intra musculaire), la peau (sous cutanée), les veines (intra veineuse), peuvent causer la contamination.
    Toutefois l’inhalation des spores en fumant ou sniffant l’héroïne peut causer la maladie du charbon sous sa forme la plus grave au niveau des voies respiratoires (mortelle dans 85% des cas contre 20% pour les autres modes de contamination).
  • La contamination d’un produit par les spores du bacille du charbon n’est pas visible à l’oeil nu.
  • Les conseils habituels peuvent aussi réduire les risques de contamination : ne pas partager les aiguilles, les seringues et tout autre matériel, éviter toute préparation commune du produit.

Partagez ces informations très largement autour de vous

Documents officiels :

Voir l’alerte officielle sur Drogues-Info-Service

Date première publication :
20/07/2012

Laisser un commentaire

¤