Cannabis thérapeutique : une condamnation sans peine hypocrite et absurde

Communiqué de presse du Comité de soutien de Bertrand Rambaud présidé par Béatrice Stambul

Bertrand Rambaud, président de l’UFCM iCare, association militant pour la légalisation du cannabis thérapeutique, vient d’être condamné le 16 juin 2014 pour détention et usage de cannabis, mais dispensé de peine. Voilà bien une sentence absurde et hypocrite dont il fait appel pour faire reconnaître son droit à se soigner.

La loi du 31 décembre 1970, obsolète et liberticide, punit la consommation, la détention et le trafic de certaines substances psychoactives, alors que d’autres (alcool, tabac, médicaments) sont encadrées et contrôlées.

Édictée en des temps où le SIDA n’existait pas, où l’on ne savait pas grand chose ni du fonctionnement neurobiologique cérébral, ni des propriétés thérapeutiques de certains produits illicites comme le cannabis, la loi de 70 n’a eu aucun effet positif en termes de santé publique.

Malgré les évaluations scientifiques et les évidences statistiques, l’hypocrisie perdure. La loi de 70 loi continue de nourrir les trafics et les maffias et de générer des dommages sanitaires, sociaux et judiciaires.

Son application sévère dans notre pays n’a pas freiné l’augmentation régulière du nombre de consommateurs, ni le rajeunissement de l’âge des premières consommations.

La loi de 70 a transformé des centaines de milliers de citoyens en contrevenants et délinquants. Des consommateurs récréatifs, thérapeutiques ou dépendants, qu’elle a punis ou contraints à des pratiques clandestines.

Bertrand Rambaud est une des victimes de la loi de 70.

En punissant un militant connu et reconnu, dont le combat s’appuie sur des données avérées et des pratiques légalisées ailleurs. L’action publique s’apparente à de l’acharnement tant il est évident que les dommages causés par le cannabis thérapeutiques sont inexistants et que des bénéfices découlent de cet usage. D’où probablement l’exemption de peine.

Bertrand Rambaud fait appel, invoquant ses droits de citoyen à se soigner.

A travers son exemple, exigeons :

  • l’ouverture d’un débat public sur la réforme de la politique des drogues dans notre pays,
  • l’abrogation de la loi de 70 qui criminalise et ne protège pas.

Le 26 juin, journée mondiale de soutien aux consommateurs de drogue, des centaines d’associations et des milliers de citoyens manifesteront dans plus d’une centaine de villes dans le monde pour réclamer la fin de la guerre à la drogue dans le cadre de la campagne Support. Don’t punish.

Contact presse : AFR – 01.41.83.46.87 / 06.07.29.98.74 com@a-f-r.org

Compléments d’infos et liens

Francophone pour les Cannabinoïdes en Médecine) a été créé pour promouvoir les informations relatives à l’usage du chanvre et de ses dérivés actifs, les cannabinoides en médecine.

 

Laisser un commentaire

¤